C'est toujours un blog !

vendredi 11 avril 2008

Résultats du concours de décison de comptoir !!!

Des plombes que tu les attendais ces fameux résultats du concours de décision de comptoir. CTUB a pris le temps de tester pour toi les prix qui seront attribués aux lauréats et de s'accouder à quelques comptoirs pour y recruter de nouveaux lecteurs. Voici venu le temps du verdict.

Sache avant tout que l'attention de CTUB a particulièrement été attirée par les décisions suivantes :

- EB himself :
"épouser une Top-modèle un peu fade, l'emmener en vacances à Acapulco, lui offrir une montre et rouler en décapotable en écoutant Vitaa."

- Neil :
"- décider de ne plus jamais boire (promesse parjurée le soir même)
- déclarer que "non, je ne saoule pas tout le monde avec les relances pour la fête chez moi, même que je vais vous montrer ce que c'est de saouler le monde !", puis tourner une douzaine de publicités vidéo pour cette fameuse fête envoyé à une cinquantaine de personnes sur le net.
- faire un concours de dessins bourrés avec les copains de l'atelier BD de Bordeaux 1, dont les résultats ont par la suite été brûlés dans la plus grande discrétion..."

- Rom, la H.L. de CTUB a dit…
"devenir dictateur avec un plan diabolique élaboré par EB himself : on lâche JS en manteau de fourrure et bas résilles dans la cour de l'Elysée, pendant qu'elle distrait Notre Président, je file m'emparer de la manette nucléaire et EB prend le contrôle des cuisines de l'Elysée... je m'installe sur le trône ; par un édit impérial, j'impose la circoncision obligatoire, je me constitue un harem, je fais de FM ma reine en fourrure, et je nomme l'auteur de CTUB Ministre de la propagande sur internet, CTUB devenant le petit livre rouge officiel de mon régime"
et
E.B. (futur Claude Guéant sous Roussel 1er) précisant le programme de cette future éthylo-dicature :
"- cuisine au beurre obligatoire (cuit-vapeur interdits sur le sol français)
- tatie sexy élue miss France tout les ans à vie
- E.B. se charge lui même de la construction du palais royal en lieu et place de la tour Eiffel
- Annexion de la Californie
- Vitaa représentera Marianne"

Stéphane :
"- changer le monde quand je bois mais ça ne marche jamais
- faire boire tout le monde pour que chacun prenne une décision de comptoir..."

CTUB n'a par ailleurs pas saisi certaines décisions, telle la private joke de Roméo (ex Da...) "Me ferais bien un plan à trois avec Christines B. et L. moi". CTUB se voit obligé de rompre la règle sacrée qui veut que l'on n'explique pas une blague. Selon l'expéditeur de cette décision, les deux Christine en question sont mesdames Boutin et Lagarde. Ce qui rend effectivement l'idée d'un plan à trois drôle. Non, intéressante. Non, en fait répugnante. CTUB se permet de proposer à Da... d'envisager sérieusement de se mettre à boire.

CTUB ne peut s'empêcher de faire un clin d'oeil gauche à Pinpon 2000, roi du calembour pour "la vie n'est pas cirrhose...". Désolé Pinpon 2000, mais ce n'est pas UNE DECISION DE COMPTOIR !


Bon, tout ceci est passionnant certes, mais qu'en est-il des résultats ?
Tu n'en peux plus, tu te demandes si c'est toi qui as gagné ou si ce sera une fois de plus cette p... d'Heather corruptrice de jury. Douterais-tu de l'impartialité de ton blog préféré ? Serais-tu aigri au point de le boycotter tels les JO voire de le supprimer de tes favoris en cas d'échec ?
CTUB te rassure, ô lecteur adoré, c'est en son âme et conscience de blog spiritueux et consciencieux qu'a été établi le classement suivant :

- le comptoir d'or est attribué à Christelle pour "Tiens, si je racontais des conneries sur un blog !"
- le comptoir d'argent est attribué à Christelle pour "Tiens, si je racontais des conneries sur un blog !"
- le comptoir de bronze est attribué à Christelle pour "Tiens, si je racontais des conneries sur un blog !"

A Christelle donc le circuit dans les bars toulousains, la canette verte et les vers d'Alcools* qui suivent :
"Plus criminel que Barrabas
Cornu comme les mauvais anges
Quel Belzébuth es-tu là-bas
Nourri d'immondice et de fange
Nous n'irons pas à tes sabbats

Poisson pourri de Salonique
Long collier des sommeils affreux
D'yeux arrachés à coup de pique
Ta mère fit un pet foireux
Et tu naquis de sa colique

Bourreau de Podolie Amant
Des plaies des ulcères des croûtes
Groin de cochon cul de jument
Tes richesses garde-les toutes
Pour payer tes médicaments "

Tu peux glousser, hululer et cliquer violemment sur la croix rouge (en haut à droite de ton écran), CTUB ne changera point d'avis. Faut-il le rappeler, c'est grâce à la décision de comptoir de Christelle que ta souris chatouilles gaiement CTUB.
Tu peux sinon lire, relire - délire - l'ensemble des décisions proposées par les lecteurs** de CTUB ici.
Tu peux enfin débarquer à Toulouse à tout moment pour comptoirdoriser avec Christelle.

Pour conclure ce message aussi interminable qu'un quinquennat débuté en 2007, CTUB ne voit que deux choses à ajouter : Daniela Lumbroso et Tina Arena.


* Apollinaire, Réponse des Cosaques Zaporogues au Sultan de Constantinople
** de plus en plus nombreux d'après Serge Moati.

mardi 8 avril 2008

Au delà de cette limite, votre décision de comptoir n'est plus valable

CTUB*, jury du concours de décision de comptoir déclare que :

- le concours susmentionné prendra fin le vendredi 11 avril 2008 à minuit (GMT+1)

- les résultats seront proclamés le samedi 12 avril 2008(aujourd'hui +4)

Il est encore temps de participer ou de rerereparticiper !!!

Sans transition, CTUB te propose de visionner un court métrage de Jorge Furtado et lance un appel : qui connaît L'homme qui photocopiait du même réalisateur ?




et la suite




* Non, CTUB n'a pas été pris en otage dans la forêt colombienne, il n'est pas non plus parti vivre chez les ch'tis. Il n'a pas davantage été incacéré dans les geôles françaises suite au brandissement - scandaleux reconnaissons le - d'un drapeau tibétain. Pas la peine donc d'envisager de recueillir chez toi un méchant FARC, de rechercher CTUB dans le film-qu'y-a-que-ça-sur-les-écrans?, ni de visionner le parcours parisien à 400 000 euros de la flamme olympique pour retrouver ton blog préféré. Car CTUB is back.

mardi 26 février 2008

Rratapatapatatatam* bordelais

CTUB est à Bordeaux. Pour des raisons obscures, il est censé y étudier la géographie du Japon.
Oui mais...
Lecteur, si tu rends régulièrement visite à CTUB, s'il t'est déjà arrivé de te retrouver sans motif sérieux devant ton écran-roideladébauche, ce Oui mais (appelé aussi "pourquoi faire aujourd'hui ce qui peut attendre demain" ou procrastination) t'est familier.
CTUB te propose de mieux procrastiner grâce à la compil de ses meilleures excuses du moment, le Rratapatapatatatam* bordelais de février. Avec lui, tu peux :

- te marrer en lisant Bessora

- écouter le Jukebox de Cat Power


- lire à l'envers un manga d'Asano Inio
en écoutant Tombé pour Daho
ou Berry

- jouer avec Boulet et Kek à Blog killer en écoutant


- parler du tee-shirt de Romain Duris, écouter Karin Viard et sourire à Albert Dupontel dans Paris

- manger une poêlée de Mylène (prononcer po-haie-lait-eu) au Samovar
(18 rue Camille Sauvageau, quartier Saint Michel, Bordeaux)

- et surtout participer au concours de décision de comptoir (grrrrrrrrrr°"#§!!!)

Bon Oui mais !


*A l'instar de l'omniprésente Marion Cotillard (Nicolas prévoierait de la traduire en justice pour concurrence déloyale), CTUB tient à remercier les lecteurs Vincent, Heather, Da..., E.B., Florian et Mylène de lui avoir permis de réaliser ce Rratapatapatatatam bordelais. Merci aussi à ma mère sans qui blablabla.



lundi 18 février 2008

C'est toujours un blog !

Chaque année, des milliers de blogs s'essoufflent, postent des "répondez-moi" de complaisance ou des "CTUB a lu un livre" impersonnels, histoire de faire croire qu'ils assurent encore, puis se bloguicident sans que personne ne les pleure.

CTUB était au bord du bloguicide. Et puis finalement non.

Lecteur, même si les messages de CTUB ne changent pas ta vie, même si le fond de commerce de CTUB (son J.R Ewing de président) n'a besoin de personne pour démontrer son ridicule, CTUB a bien une raison d'être : il est capable de repousser d'une minute le moment inévitable où tu devras à nouveau faire face aux soucis que t'impose ta condition. Ainsi, en tant que cyberperte de temps acceptable, CTUB a décidé de rester en vie.

Lecteur, n'hésite pas à faire un tour chez CTUB. S'il n'y a rien de neuf, c'est parce que le mariage de J.R. et Sue Helen ou les débuts de J.R junior en politique se passent de commentaire (si ce n'est : Dal-las ton univers impitoya-a-bleuh) ; c'est aussi parce que CTUB attend que les lecteurs retardataires comme Stef, Mlb, Julien ou Marie participent au concours de décision de comptoir avant d'en publier les résultats.

Aujourd'hui par exemple, tu as bien fait de consulter CTUB car grâce au lecteur "Muse travestie", tu vas écouter Sigur Ros. CTUB adore.





samedi 2 février 2008

CTUB a lu un livre !



Depuis que CTUB a "repris ses études", il est devenu dissertomaniaque*. Aujourd'hui, il te file le brouillon de la dissert que lui a inspiré Nouvelles Mythologies (Sous la direction de Jérôme Garcin. Seuil. 2007) :


En 1957, Roland Barthes publiait Mythologies, un recueil de chroniques à travers lesquelles il brossait un tableau satirique des moeurs de la société des années cinquante. En le lisant, tu apprends notamment qu'à cette époque, on regarde des matchs de catch en mangent du bifteak frites, on soutient le combat de l'abbé Pierre tout en rêvant de la nouvelle citroën.

50 ans plus tard, avec Nouvelles mythologies, Jérôme Garcin invite des socilologues, écrivains, économistes ou historiens à poursuivre l'inventaire ouvert par Barthes. Chaque chroniqueur est chargé de décrire, si possible avec humour, un phénomène ou objet mythique du XXIème siècle. Dans le "bazar" 2007, tu trouves par exemple le patch, les séries télévisées, l'Ipod, la nouvelle chanson française ou la capsule Nespresso.

Puisqu'il faut problématiser une dissert, étudions le paradoxe suivant : CTUB a aimé lire Nouvelles Mythologies mais ne te conseille pas pour autant de courir l'acheter.

I- Pourquoi CTUB a acheté Nouvelles Mythologies ?

Parce que, traumatisé d'être dépendant de la plupart des mythes de la société de consommation, CTUB apprécie qu'on le ridiculise en lui démontrant l'absurdité de son addiction.

Parce que l'avis de Jérôme Garcin, animateur de son émission de radio préférée, l'intéresse toujours.

Parce que certains articles sont consacrés à des mythes qui touchent paticulièrement CTUB ("Michel Houellebecq", "Fumer tue", "Le blog", "La pensée unique", et la "Nouvelle Eve").

Parce que CTUB le blog greluche a repéré que Jérôme Garcin avait confié une chronique à Sophie Fontanel, Laurent Joffrin, Bernard Pivot et Philippe Solers.

II- Ce qui a plu à CTUB dans Nouvelles Mythologies.

Sophie Fontanel, avec son article sur le Botox, n'a pas déçu CTUB. Extrait :"Le Botox, au fond, si ça marchait, si ce n'était pas ces têtes de grenouilles généralisées, tout le monde le ferait."

"Le blog" de Patrick Rambaud l'a également fait sourire : "Souvenez-vous de ces terribles mois de septembre où, invité à diner, vous deviez subir la tragédie des photos de vacances. (...) Aujourd'hui, il y a le blog."

Agréable découverte. CTUB ne connaissait pas Bessora. J. Garcin lui refile un sujet qui n'intéresse personne ("Les compagnies low cost"), elle en fait une nouvelle de science fiction aux dialogues délirants "Madame auriez-vous du... papier cul ? 99 centimes, dit elle. En liquide ou par carte bleue."

L'article sur "La racaille et le Kârcher" de Daniel Sibony a intéressé CTUB, le blog intello.

Aimé aussi : Didier Jacob ("Le SMS") qui imagine "Proust s'acharnant sur son Nokia pour réduire, dans le modeste écran où tout doit tenir, les longs paragraphes à subrelatives qui ont fait le charme suranné, décidément d'hier, de ses romans sans fin possible"; Emmanuel Pierrat ("Fumer tue") "L'alccol tue lentement, était-il écrit, il y a quelques années, sur une affichette placardée dans toutes les rames de métro. Et un galopin avait ajouté au marqueur : on n'est pas pressés ! " ; Denis Jeanbar ("La pensée unique") "Comme les marques, la pensée unique signe la victoire de l'esprit de monopole au sein d'une société prisonnière de dictateurs à penser et à vendre qui ont pris le contrôle de la théâtralité publique et de la machine à désirs" .

III - Pourquoi ne pas courir acheter Nouvelles Mythologies ?

CTUB s'interroge sur la pertinence de la présence du"phénomène Ducasse", du "digicode", du "plombier polonais" ou pire, de "la gariguette" dans ce répertoire des mythes du XXIème siècle. Pas convaincu non plus par le plaidoyer de Bernard Pivot en faveur du "Football roi", sauf à décider de couronner toute personne ou activité contribuant au développement des ventes de Rollex.

CTUB est en colère après J. Garcin qui a invité Pierre Assouline à en remettre une couche sur l'islamophobie de Michel Houellebecq. Dans son article sur Houellebecq, Assouline se demande (jalousement ?) "comment un auteur aussi cynique dans la manifestation de sa mysogynie" peut "remporter autant de suffrage dans les librairies, alors que celles-ci sont de notoriété publique fréquentées majoritairement par des femmes ?" et prophétise tel Zarathoustra que dans quelques temps, "les plus sages" ne prendront Houellebecq que "pour ce qu'il est, au fond : un auteur comique". CTUB n'a lu qu'un livre de Pierre Assouline et se rappelle seulement à quel point il s'est forcé à en arriver à bout. Il sait aussi que Pierre Assouline écrit beaucoup de biographies et prend un plaisir remarquable à critiquer des livres sur son blog. CTUB te conseille donc d'oublier le prophète Assouline, son avis sur la vie des écrivains et de plutôt lire les romans de Houellebecq.

CTUB a regretté la présence dans la majorité des chroniques, de l'éternel "c'était mieux avant". Mieux comment ? et avant quoi ? Il est de bon ton de répondre : avant "le GPS", "les journaux gratuits", "le téléphone portable", "les nouveaux amoureux", "Google" et "le Wifi". Retour à la pensée unique...

On n'échappe pas non plus au pontifiant "ce serait mieux si" avec la chronique de Jacques Attali ("Les 35 heures"). Notre libérateur national de croissance espère qu"un jour peut-être, la vie sera conquête de liberté et non plus réduction des contraintes". Et de pondre un rapport sur la réduction des contraintes.

Voilà. En conclusion, CTUB te propose de te prêter son exemplaire de Nouvelles Mythologies.


*dissertomaniaque : se dit d'une personne qui a l'habitude ridicule de rédiger des dissertations en trois parties pour parler de tout et n'importe quoi.

Pseudo

A l'instar des New Kids On the Block (NKOTB) ou de Calvin Klein, C'est toujours un blog ! a décidé de se faire acronymer. Lecteur, cesse un instant de fredonner Step by Step (hou baby !) et prononce cette phrase : "t'as lu le dernier post de CTUB (Ci ti you bi) ? " Cool non ?
C'est surtout plus rapide à écrire.
CTUB Adopté ?

dimanche 20 janvier 2008

Concours de décision de comptoir !



Voici les résultats d'une enquête réalisée par TNS-Sofres le 18 janvier 2008 pour C'est toujours un blog ! auprès d'un échantillon national de 8 personnes représentant l'ensemble de ses lecteurs* . La méthode utilisée est celle des quotas (sexe, âge, profession) et de la supposition.

Question 1 : Parmi les occupations suivantes, à laquelle consacres tu la majeure partie de ton énergie ?
Réponses :
- réalisation d'une classification des actes administratifs : 12,5%
- espionnage de poissons : 12,5%
- étude de la géographie de l'Asie Orientale : 12,5 %
- placement de spectateurs âgés et acariâtres dans un théâtre : 12,5 %
- dessin de vides sanitaires et toilettes pour handicapés : 12,5 %
- évitement de crachats de lamas dans l'Atacama : 12,5 %
- rejet de recours de bangladais : 12,5 %
- envoi de commentaires anonymes : 12,5 %

Question 2 : N'aimerais tu pas interrompre ces activités pour participer à un concours de décision de comptoir organisé par C'est toujours un blog ! si ce concours consistait à présenter l'idée la plus farfelue que ton cerveau ait conçue sous l'emprise de l'alcool ?
Réponses :
- oui, formidable : 87,5 %
- non, pas du tout : 0 %
- je ne bois jamais d'alcool mais je ne suis pas opposé à ce concours : 12,5 %

Devant un tel enthousiasme, C'est toujours un blog ! s'incline et lance par le présent billet le Concours de décision de comptoir**.

Pour participer, comme d'habitude, poste ta décision de comptoir en commentaire sous ce message.
A l'issue d'une délibération à durée indéterminée, de tractations invraisemblables et de transactions financières à son profit, le jury désignera l'idée alcoolisée la plus loufoque. Les prix suivants seront attribués*** :

- Au Comptoir d'or : un circuit d'une soirée dans des bars toulousains
- Au Comptoir d'argent : des vers d'Alcools
- Au comptoir de bronze : une canette de bière verte bon marché


Bonne chance à tous !




* Si tu ne te sens pas représenté par cet échantillon, manifeste-toi lecteur inconnu.
** Idée originale : Lecteur Stef.
*** Avertissements : l'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Fumer à l'extérieur d'un bar vide tue. Pour ta santé, mange moins gras et moins sucré, fais du sport, utilise ton téléphone portable avec modération, bois 1,5 litre d'eau par jour. Pense à faire ramoner ta chaudière à gaz une fois par an. Ne dis pas "malgré que" mais "bien que". Honore ton père et ta mère. Travaille plus pour gagner plus. Range ta chambre et mouche ton nez. Aime la France ou quitte la.

jeudi 10 janvier 2008

Publicité autorisée pour France 3

C'est toujours un blog ! s'autorise à te parler une nouvelle fois de son ancien boulot car demain soir à 23h30 sur France 3 une émission y sera consacrée. N'oublie pas de ne pas la regarder. Va plutôt boire un verre et fumer une clope à l'extérieur d'un bar. Par contre, enregistre-là afin d'occuper l'une des nombreuses soirées où personne ne semble se rappeler de ton existence.

Donc à 23h30 vendredi 11 janvier : L'asile du droit.

Petit résumé fourni par la chaîne : "En 2006, près de 40 000 personnes ont demandé l'asile à la France. Dès leur arrivée, elles se sont adressées à l'OFPRA, Office français de protection des réfugiés et apatrides, qui a statué sur la validité de leurs demandes. 92 % ont été rejetées. Les demandeurs d'asile peuvent faire réexaminer leur dossier par la Commission des recours des réfugiés. Cette juridiction unique et indépendante est la plus importante en France par le nombre de dossiers traités. En 2006, elle a annulé 4081 décisions de l'OFPRA, soit 14 % des recours déposés. 7354 réfugiés ont obtenu le droit d'asile. Ce film expose le face-à-face de cinq requérants, assistés de leur avocats et interprètes, avec la Commission. "

C'est tout.

dimanche 6 janvier 2008

Répondez-moi numéro quatre !


-
Si C'est toujours un blog ! se plaint à longueur de billets, s'il n'aime rien - ni les vacances, ni l'automne, ni noël, ni passer des concours, ni les présidents de la république de petite taille - penses-tu sérieusement qu'il va enfiler une robe pailletée, faire des résolutions foireuses et te souhaiter une bonne année 2008 (la santé surtout) ?

- Sachant qu'en 2008 C'est toujours un blog ! va se coltiner Nicolas et les élections municipales, Nicolas aux jeux olympiques et au championnat d'Europe de football, Nicolas et les présidentielles américaines, voire Nicolas se marie, doit-il pour autant envisager de célébrer avec les chinois l'année du Rat qui débutera le 7 février ?

- C'est toujours un blog ! peut-il espérer être admis au CAPLP si son IQ traveler ne dépasse pas 128 ?

- Pourquoi C'est toujours un blog ! s'enquiquinerait-il à te parler de l'excellent Richard Brautigan alors que tu as détesté les autres auteurs qu'il t'a recommandés ?

- Il se foutrait pas un peu de ta gueule C'est toujours un blog ! avec son répondez-moi truffé de liens poussiéreux ?



mercredi 19 décembre 2007

Il est né le divin enfant ?


A l'approche de Noël, C'est toujours un blog !, le blog solidaire et écolo, a du mal à résister à l'envie de se fourrer dans un sac à sapin Handicap International puis s'enterrer dans une déchetterie pour s'y biodégrader paisiblement.

Une question le hante : pourquoi noël ?

Selon Wikipédia, l'ami honteux de C'est toujours un blog !, c'est le pape Libère qui, en 354, décréta que nous célèbrerions la nativité un 25 décembre. Ledit pape prétendait par ailleurs que la vierge Marie lui était apparue.
1650 ans plus tard, au nom d'une décision prise par un homme à la santé mentale discutable, te voici en train d'acheter plein d'objets inutiles mais dernier cri dans un centre commercial bondé d'autres toi qui font de même.
Te voici en train de te ruiner en cadeaux à la hauteur de ton amitié, de ton amour ou de ton lien de parenté.
Te voici en train de préparer un diner que tu mettras une semaine à digérer.
Te voici en train de dépenser des sommes dont ton budget ne se remettra jamais.

Mais bon. C'est Noël et personne n'y peut plus rien.

C'est toujours un blog ! a lui-même exagérément arpenté les allées de Carrefour Labège, de sorte qu'il serait capable d'en dessiner de mémoire un plan d'évacuation en cas d'incendie. Lors de la demi-heure d'attente qui a précédé son passage en caisse, il a donc décidé :
1/ qu'il ne prendrait pas le risque d'investir dans un sac à sapin. Pire, il achèterait un sapin artificiel.
2/ qu'il appliquerait pour de vrai auprès de ses cinq lecteurs, la maxime inscrite sur ses paquets "plaisir d'offrir, joie de recevoir".
Ainsi, C'est toujours un blog ! te l'annonce : sans débourser le moindre kopek, il va prendre son pied à envelopper ton petit cœur glacé d'une onctueuse couche de joie.

Comment ? Simplement en t'offrant quelques extraits de ses lectures préférées. (thème : hommes et femmes)
Tu es déçu oui mais ne pars pas. Laisse toi envahir par la saveur exquise de ces judicieux assemblages de mots. Oublie, le temps d'une phrase, l'absurdité de l'histoire qui commence avec la naissance supposée d'un messie et se termine par l'explosion des ventes de iphone. Quitte à lire une histoire invraisemblable, autant que ce soit dans un roman.
C'est toujours un blog ! se la pète grave, c'est certain, mais il espère que tu accepteras de te la péter avec lui parce que putain ça fait du bien.
C'est parti !

"Il entre un major, non, une étoile d'argent, un colonel, avec une belle fille dans les bras, belle fille c'est peut-être un peu trop dire, elle a la peau claire et rose, les traits ronds comme si on venait de la tailler dans la glace et si ça avait déjà un peu fondu, ce genre de traits ronds, sans bosses, sans fossettes, ça cache forcément quelque chose, ça fait penser à un trou du cul après un lavement, bien propre et désodorisé."
Boris Vian, Martin m'a téléphoné in recueil de nouvelles Le Loup-garou.

"Alors la conversation s'engagea sur les femmes. Pellerin n'admettait pas qu'il y eût de belles femmes (il préférait les tigres) ; d'ailleurs, la femelle de l'homme était une créature inférieure dans la hiérarchie esthétique :
- Ce qui vous séduit est particulièrement ce qui la dégrade comme idée ; je veux dire les seins, les cheveux...
- Cependant objecta Frédéric, de longs cheveux noirs avec de grands yeux noirs...
- Oh ! Connu ! Assez d'Andalouses sur la pelouse !"
Gustave Flaubert, L'éducation sentimentale.

"A partir d'un certain âge, une femme a toujours la possibilité de se frotter contre des bites ; mais elle n'a plus jamais la possibilité d'être aimée. Les hommes sont ainsi, voilà tout."
"Au fond, se demandait Michel (...), à quoi servaient les hommes ? Il est possible qu'à des époques antérieures, où les ours étaient nombreux, la virilité ait pu jouer un rôle spécifique et irremplaçable ; mais depuis quelques siècles, les hommes ne servaient visiblement à peu près plus à rien. Ils trompaient parfois leur ennui en faisait des parties de tennis, ce qui était un moindre mal ; mais parfois aussi ils estimaient utile de faire avancer l'histoire, c'est à dire essentiellement de provoquer des révolutions et des guerres."
Michel Houellebecq, Les particules élémentaires.

"Fille : Les jeunes filles. - Eviter pour elles toutes espèces de livres (articuler ce mot timidement)."
Gustave Flaubert, Le dictionnaire des idées reçues.

"- Lorsqu'un homme a près de soixante ans et qu'il décide de rompre avec une jeune femme qu'il aime et qui l'aime, de quoi fait-il preuve à votre avis ?
- De connerie, monsieur.
Il haussa des sourcils dédaigneux."
Romain Gary, Au delà de cette limite votre ticket n'est plus valable.

"Sache, ô cousin chéri, que le dixième manège est justement la mise en concurrence. Panurgise-la donc sans tarder, dès le premier soir. Arrange-toi pour lui faire savoir, primo que tu es aimé par une autre, terrifiante de beauté, et secundo que tu as été sur le point d'aimer cette autre, mais que tu l'as rencontrée, elle, l'unique, l'idiote de grande merveille, ce qui est peut-être vrai, d'ailleurs. Alors, ton affaire sera en bonne voie avec l'idiote, kleptomane comme toutes ses pareilles."
Albert Cohen, Belle du Seigneur.

"Le regard de l'homme a déjà souvent été décrit. Il se pose froidement sur la femme, paraît-il, comme s'il la mesurait, la pesait, l'évaluait, la choisissait, autrement dit comme s'il la changeait en chose. Ce qu'on sait moins, c'est que la femme n'est pas tout à fait désarmée contre ce regard. Si elle est changée en chose, elle observe donc l'homme avec le regard d'une chose. C'est comme si le marteau avait soudain des yeux et observait fixement le maçon qui s'en sert pour enfoncer un clou. Le maçon voit le regard mauvais, il perd son assurance et se donne un coup sur le pouce."
Milan Kundera, Le livre du rire et de l'oubli.

"Jadis la bourgeoise et la putain se partageaient des rôles bien définis ; à l'une le correct et le convenable, à l'autre le vulgaire et le voyant. Cette distinction désormais ne tient plus ; la racoleuse peut être chic et stricte, et l'élégante dépenser des fortunes pour s'habiller en dévergondée".
Pascal Bruckner, La nouvelle Eve, in Nouvelles mythologies.


'lut !

mercredi 5 décembre 2007

Les pieds sur la commission des recours des réfugiés


Voici 4 bonnes raisons d'écouter deux reportages consacrés à la Commission des recours des réfugiés diffusés par France culture dans l'émission Les pieds sur terre :

- tu veux en savoir plus sur l'ancien métier de C'est toujours un blog ! (oui, oui, avant de passer son temps à poster des billets sans intérêt sur internet, C'est toujours un blog ! avait un vrai boulot)

- tu te prends pour Kafka et tu cherches le tribunal absurde qui inspirera le best-seller que tu rêves de publier chez Plon

- rappeler à tes amis que ton hyperPrésident préféré était autrefois avocat ne suffit pas à leur faire comprendre l'antipathie que tu as contre cette profession et tu es à court d'exemple (dans le second reportage, tu peux écouter mentir un avocat lorsqu'il répond à la journaliste que non, il n'a pas pris connaissance du dossier de son client 5 minutes avant l'audience)

- on est encore en automne, il fait froid et tu n'as rien de mieux à faire

Pioche parmi ces bonnes raisons puis clique sur les liens vers

Bonne écoute !

mercredi 28 novembre 2007

Résultats du petit concours d'épitaphe !!!!!!!!!!!



Voici le classement établi par le jury C'est toujours un blog-Pedigree* (Pour un chien rayonnant de santé) à l'issue du petit concours d'épitaphe


- l'épitaphe d'or est attribuée à :

Rom (pas lui mais moi)
pour son "Je suis pas vraiment mort; je suis en cavale avec Elvis, John-John Kennedy, et Jean-Pierre Chevènement".

C'est toujours un blog! invite Rom (pas lui mais moi) à retirer rapidement son prix dans le cimetière le plus proche de chez lui.
- l'épitaphe d'argent est attribuée (ex aequo) à :

Marie
pour son " M'ENFIN!"

et à

Da...
pour "Un autre monde est possible"
C'est toujours un blog ! propose à Marie et Da... de partager (à l'hémistiche) ces quelques vers de circonstance et de Jaccottet :

"Sois tranquille, cela viendra ! Tu te rapproches,

tu brûles ! Car le mot qui sera à la fin

du poème, plus que le premier sera proche

de ta mort, qui ne s'arrête pas en chemin.

Ne crois pas qu'elle aille s'endormir sous des branches

ou reprendre souffle pendant que tu écris.

Même quand tu bois à la bouche qui étanche

la pire soif, la douce bouche avec ses cris

doux, même quand tu serres avec force le noeud

de vos quatre bras pour être bien immobiles

dans la brûlante obscurité de vos cheveux,

elle vient, Dieu sait par quels détours, vers vous deux,

de très loin ou déjà tout près, mais sois tranquille,

elle vient : d'un à l'autre mot tu es plus vieux."


- L'épitaphe de bronze est attribuée à :

Pinpon 2000 pour son "Evitez de faire une soustraction de merde dans votre tête en faisant semblant de vous recueillir, j'avais .. ans"

C'est toujours un blog ! offre à Pinpon 2000 l'un des magnifiques pin's de sa collecion bébète show













- C'est toujours un blog ! invite les perdants malheureux à se consoler en méditant sur cette maxime (23) de La Rochefoucauld : " Peu de gens connaissent la mort. On ne la souffre pas ordinairement par résolution, mais par stupidité et par coutume; et la plupart des hommes meurent parce qu'on ne peut s'empêcher de mourir."


Pour valoir ce que de droit,

Le jury C'est toujours un blog-Pedigree (Pour un chien rayonnant de santé)












*conséquence du refus opposé par l'Oréal à C'est toujours un blog ! qui pourtant le vaut bien.


dimanche 25 novembre 2007

Au delà de cette limite, votre épitaphe n'est plus valable

Le jury du petit concours d'épitaphe déclare que :

- le concours susmentionné prendra fin le mardi 27 novembre 2007 à minuit (GMT+1)

- les résultats seront proclamés le mercredi 28 novembre 2007 (aujourd'hui +3)

Il est encore temps de participer !!!*






* Note de bas de page à caractère informatif :
Ceux d'entre vous qui ne sont pas dupes auront décelé dans cette phrase -voire dans la totalité de ce message - une parodie à but euphémistique.
Rappel : l'euphémisme est la figure rhétorique "par laquelle on adoucit ou atténue une idée dont l'expression directe aurait quelque chose de brutal, de déplaisant".
En l'espèce, ce que C'est toujours un blog ! pense, c'est " 'tain, plus personne ne poste de commentaire. Vais finir par me retrouver dans le cimetière des blogs. Noooooooon !"
Comme un ultime cri de détresse, il utilise une nouvelle fois la pathétique technique publicitaire connue sous le nom de "coup de la pub 3 suisses" (celle qui te fait croire que tu peux gagner 1 million d'euros si tu commandes avant telle date, alors que non. Pas du tout. Jamais de la vie).
Ainsi, C'est toujours un blog ! t'annonce que tu as encore une chance de remporter le petit concours d'épitaphe alors que tout le monde sait primo, que tu te moques éperdument de remporter ce concours, deuzio, que tel le vainqueur d'un jeu des 3 suisses, tu gagneras, au mieux, un cadeau tout merdique, moche et inutile, tertio, que ce concours d'épitaphe n'a absolument aucun intérêt.
Ainsi, l'expression directe de l'idée de C'est toujours un blog ! - laquelle peut effectivement avoir effectivement quelque chose de brutal ou déplaisant - serait la suivante : "ça vous ferait mal au cul de poster un nouveau commentaire ? Z'allez pas vous bouger un peu, non ??"

C'était vraiment très intéressant.



jeudi 8 novembre 2007

Pour tuer C'est toujours un blog ! tapez 1


C'est toujours un blog !
est une greluche. Il fait des crises du pull* et se trouve moche. Même son nom ne lui plaît plus.
Contaminé par l'enthousiasme effréné de son Président et abruti par la télé réalité, C'est toujours un blog ! rêve d'être relooké et coatché tel le vainqueur de la Star'ac à sa sortie du château, afin de conquérir le net comme Nicolas a su conquérir l'Amérique.

Trop de concours tue le concours. C'est toujours un blog ! s'expose à ce risque et vous propose un troisième challenge : lui trouver un nouveau nom.

Soucieux de vivre avec son temps, il adopte une procédure staraco-sarkozienne :

-Etape 1, pré-sélection :
Adressez vos suggestions de noms en commentaire sous ce message.
Lorsqu'il aura reçu une dizaine de noms, C'est toujours un blog ! en sélectionnera trois.

-Etape 2, vote du public :
Avec l'aide de blogspot, C'est toujours un blog ! soumettra ces trois noms à un sondage auquel vous pourrez participer pendant une semaine.

- Etape 3, résultats :
A l'issue de la semaine de sondage, le nom qui obtiendra le plus de voix sera adopté par C'est toujours un blog !
Les candidats dont les propositions n'auront pas été sélectionnées seront renvoyés dans leur pays.

Bonne chance à tous !




*La crise du pull, c'est lorsque réveillée de mauvais poil, tu te trouves grosse et moche. Tu explores ta garde-robe et rien RIEN ne te plait. Pas même ce jean que jadis tu chérissais. Tu l'empiles sur ton lit, au sommet de la montagne des vêtements essayés en vain. La crise du pull, c'est lorsque, affalée sur cette montagne, tu décides qu'il n'y a pas assez de place sur cette terre pour ton gros cul et ce jean. L'un des deux DOIT disparaître. Mais il est l'heure de partir au boulot. Tu es déjà en retard. La crise du pull, c'est lorsque tu n'as plus d'autre choix qu'enfiler ce jean. Et ta journée est foutue.

jeudi 1 novembre 2007

Rratapatapatatatam* (d'automne) !


C'est l'automne et même si tu aimes bien ces arbres rouges dont tu ignores le nom, tu ne peux t'empêcher de déprimer grave. Il fait froid. Les gens sont de plus en plus laids et emmitouflés.
Tes cheveux préfèrent le carrelage à ton crâne. Depuis le passage à l'heure d'hiver, il fait jour uniquement quand tu bosses et tu t'endors dès vingt heures.Tout va mal. D'ailleurs, c'est la Toussaint.
C'est toujours un blog ! n'est pas un magazine féminin, il ne peut rien pour tes cheveux. En revanche,
il te propose de quoi rester éveillé jusqu'à vingt heures trente.
Comment ?


- En faisant grouiner le petit koala de Bouletcorp

- En rencontrant Enzo Cormann, Nancy Huston ou Anne Alvaro au festival Lettres d'automne de Montauban :


- Grâce à Martine ou Everland :








"De la madeleine maltraitée" MLB





- En écoutant





- En dévorant :
(grâce au Masque)











- En louant :












ou











ou encore














- En rendant visite à Daniel Schneidermann jusqu'au retour d'arrêt sur image

- En participant au petit concours d'épitaphe, en y postant une dixième épitaphe, ou, pourquoi pas, en utilisant ce concours pour adresser un message à E.B.


* Le Rratapatapatatatam est le produit de l'accouplement d'une
auberge espagnole et d'un téléphone arabe (test ADN ok). Il est désordonné, éclectique et aime que tu l'alimentes en écrivant à C'est toujours un blog !

samedi 20 octobre 2007

Répondez-moi numéro trois !


- Si
C'est toujours un blog ! a acquis 5 lecteurs en 5 mois d'existence, quel est le nom du zéro lecteur virgule zéro trois trois trois trois trois trois trois du jour ?

-Les participants au petit concours d'épitaphe ont posté plusieurs épitaphes. Faut-il en déduire qu'ils croient en la réincarnation ? (Il fait comment le jury pour établir un classement maintenant, hein ??)

- Questions musicales :

  • Combien de livres sterling avez-vous donné à Radiohead pour écouter leur nouvel album In Rainbows ?
  • Je porte un chapeau rose en poil de yack, je sais jouer trois notes de trompettes et j'ai néanmoins accompagné Mélissa Laveaux lors de la première partie du concert de Feist à Bordeaux. Qui suis-je ? (mais qui est-ce ???)
  • Pourquoi C'est toujours un blog ! ne vous a-t-il jamais parlé de la chanteuse Julie Doiron, de son album I woke myself up ou de la chanson Have you seen the moon ? qu'elle interprète en duo avec Herman Dune ? (ouf c'est fait)
  • Où peut-on assister aux concerts de Goran Bregovic, Suzanne Vega (tutu tu lut tutu tu lut) et La Banda du dock durant la même soirée? ( réponse : Marseille, Fiesta des suds, C'est toujours un blog ! s'y rend de ce pas)
- Si C'est toujours un blog ! souhaite lui aussi rompre avec Nicolas, à quel juge doit-il s'adresser ??


Julie Doiron. Me and my friend.

Répondez-moi n°1 et n°2

vendredi 5 octobre 2007

La vie compliquée du Prince Parasite (Chapitre III, fin)

III

Où en étions nous ?
Oui, le plan imaginé par Parasite afin de neutraliser son père, lequel s'opposait à son mariage avec Doubaiser. A ce point du récit, nous avons les idées claires d'une part sur la propension de notre famille royale à supprimer sans état d'âme tout importun, d'autre part sur la naïveté des habitants de ce royaume. Nul besoin de détailler comment Parasite est parvenu à tuer son père et emprisonner sa mère sans être inquiété par qui que ce soit.
Il faut dire que les sujets, aussi niais qu'ils étaient, ne supportaient plus l'hypermonarque et regrettaient les temps joyeux où ils étaient gouvernés par un roi qui s'occupait de ses affaires et puis c'est tout. Ils furent naturellement conquis par leur nouveau Roi Parasite qui avait le bon goût de ne jamais parler politique.

Au lendemain de son couronnement, Parasite proclama d'ailleurs l'unique loi de son règne. Cette loi disposait comme suit : "Le mariage est libre". Point.
L'intention du Roi était uniquement de permettre son mariage avec le prince Doubaiser. Mais l'interprétation de cette disposition donna rapidement lieu à une immigration surprenante. Des centaines de princesses que la fée Chronostop avait condamnées dans le chapitre II à ne plus embrasser prirent en effet la décision de venir épouser des crapauds avant-transformation en attendant des temps plus favorables. Un pari géant sur l'avenir se joua en somme dans le royaume - pari consistant à miser sur le batracien au meilleur potentiel princier.

video


L'union de Parasite et Doubaiser passa pour anecdotique à côté des mariages fantaisistes de cette époque. Mais union il y eut. Et consommation.
Par souci de ne pas perturber les habitants du royaume, Doubaiser entreprit de se comporter en parfaite première dame. Comme il adorait se travestir, il profita de son nouveau rôle pour farfouiller dans la garde-robe de la précédente Reine et lui chiper ses plus belles toilettes.
Dans les royaumes voisins, l'on ragota beaucoup sur ce "King dressed as girl" que l'on finit par surnommer the Drag Queen. Doubaiser, loin d'en être vexé, fit fabriquer de nouvelles robes plus à son goût, puis d'autres, toujours plus extravagantes.
Les sujets tuèrent père et mère pour assister aux cérémonies officielles durant lesquelles l'on pouvait observer Doubaiser dans ses grandioses tenues. Bientôt, les jeunes pages et valets du couple royal adoptèrent la mode insufflée par leur Drag Queen. Ce phénomène se propageant, Parasite institua pour faire plaisir à son compagnon une parade annuelle à laquelle pourraient participer tous les hommes vêtus de tenues féminines.
Une ambiance extraordinairement festive régnait alors dans le royaume. Et comme chacun sait, euphorie de la population entraine diminution des dépenses de sécurité sociale et augmentation de la consommation des ménages donc retour de la croissance et bonheur, bonheur, bonheur.
Fin du conte ? Non.

Car Parasite, spirituel et compliqué, ne se satisfaisait nullement de ce climat qu'il jugeait totalement superficiel. Il était malheureux, malheureux, malheureux sans comprendre pourquoi. Comme un enfant auquel on aurait offert le magnifique livre de coloriage dont il rêvait et qui aurait perdu ses crayons de couleur. Disait-il.
Mélancolique et de plus en plus en décalage avec Doubaiser, il ne cessait de penser aux belles images qui lui avaient été inoculées durant ses longues années de sommeil forcé. Or le libertinage ambiant ne ressemblait en rien à l'idéal sous-tendu par ces images.
Doubaiser, loin de comprendre le spleen de Parasite, prenait un plaisir sadique à lui raconter ses folles soirées de luxure. Il se moquait ouvertement du roi qui s'isolait désormais chaque jour pour lire des romans d'amour.
A la suite de l'une de ses lectures, Parasite se mit en tête qu'avoir un enfant le dégagerait naturellement de l'abîme dans lequel il était empêtré. Mais il lui suffit d'esquisser l'hypothèse de convoquer la sorcière Hybrida et permettre à Doubaiser d'enfanter pour que celui-ci s'offusque, s'évanouisse puis s'évapore pendant plusieurs semaines.

Parasite, terriblement déçu et perdu, s'en remit dans un premier temps à la médecine. Un naturopathe réputé pour sa perspicacité diagnostiqua une obstruction du canal cosmique et lui prescrit une infusion quotidienne de chanvre indien. Après avoir suivi ces conseils et une cure de désintoxication, le roi s'adressa à un psychosorciologue, lequel l'incita à chercher les causes de sa mélancolie du côté de son enfance et pourquoi pas du comportement peu apaisant de ses parents.
Mais Parasite refoula la suggestion et resta convaincu que seul le fait d'avoir un enfant lui permettrait de trouver le bonheur.
Si Doubaiser refusait de l'aider, il trouverait bien quelqu'un d'autre, pensait-il. Mettant en doute jusqu'à son homosexualité, le roi décida 1/de lourder Doubaiser 2/d'épouser en seconde noce l'une des nombreuses princesses frustrées 3/de concevoir avec 2 une descendance abondante 4/de conclure en bonne et due forme ce conte interminable.
Je saute l'étape 1 qui fut bien trop douloureuse pour Doubaiser et ses admirateurs dont j'étais.
S'agissant de l'étape 2, après avoir fait le tour du royaume à la recherche d'une génitrice acceptable, Parasite arrêta son choix sur une princesse dont le mari crapaud avait un profil particulièrement peu prometteur, persuadé que celle-ci ne pourrait l'éconduire.
En guise d'approche, Parasite proposa à la jeune femme de convoquer la fée Chronostop afin de trouver un remède à sa paralysie buccale. En échange de quoi la princesse devrait se marier avec lui et avoir beaucoup d'enfants.
A la surprise du roi, la princesse Pragmatique réclama quelques jours de réflexion durant lesquels des scientifiques de son royaume d'origine procèderaient à une analyse généalogique permettant de vérifier que Parasite est bien le fils de son père ainsi que l'arrière petit-fils de son arrière grand-père. Dans le royaume de la princesse, tout enfant illégitime était en effet dépisté puis exécuté conformément au principe "mieux vaut un crapaud légitime qu'un prince bâtard".

Dès les premiers jours d'attente, Parasite se mit à douter. Tout lui paraissait si compliqué. Dans ces conditions, pourquoi enfanter ?
C'est alors qu'il fit venir la fée Chronostop de Nice. Mais au lieu d'aborder le cas de la princesse, il pria la fée de le plonger à nouveau, et cette fois-ci à jamais, dans le délicieux sommeil où il avait vécu ses premières années. Les meilleures.
La fée, qui n'était plus à ça près, s'exécuta sans tergiverser, plaça notre Parasite endormi en lieu sûr puis retourna à sa partie de bridge.

Définitivement privé de souverain, le royaume se disloqua. Ses milliers d'habitants se dispersèrent autour du monde, trimballant avec eux le récit de ce qu'ils avaient retenu de la vie compliquée du Prince Parasite. Et autant de moralités à ce conte.
Exemple :
Parisss à Paris : " C'est vraiment pas sympa d'appeler son fils Parasite!"

Et selon vous, quelle morale à ce conte ?


FIN

mardi 25 septembre 2007

Petit concours d'épitaphe !

*

Vous avez aimé le Grand concours Mister Molo ? Bonne nouvelle. De la subtile alliance entre l'imagination délirante de Rom (pas Lui mais moi...) et l'hypocondrie de C'est toujours un blog ! est né un nouveau concours. Un concours qui se propose de faire éclore le chrysanthème qui gît en chacun de vos êtres périssables. Un concours d'épitaphe.

Pour participer, toujours aussi simple. Postez en commentaire sous ce message l'inscription que vous souhaiteriez voir gravée sur votre stèle, koubba ou vase cinéraire.

Après lecture de vos oeuvres, le jury omnipotent du grand concours Mister Molo désignera** les funestes lauréats du petit concours d'épitaphe et leur décernera les prix suivants :

- A l'épitaphe d'or, des chrysanthèmes
- A l'épitaphe d'argent, quelques vers
- A l'épitaphe de bronze, un magnifique pin's***

Bonne chance à tous !




* Strip de Zack Weiner
** sauf trépas fortuit de sa part
*** hors sujet mais collection has been à écouler


jeudi 13 septembre 2007

Résultats du GRAND CONCOURS MISTER MOLO, session 2007

Avant de publier le classement, petit rappel des "poèmes" en lice :

Rom (pas lui mais moi)
" ......Non mais c'est pas moi, c'est la note qui a prouté......."

Anonyme 1
" Molo le chat mâche son chamallow
ce qui
on le sait bien
donne des gaz à l'âme."

Anonyme 2

"Molo ramono ramone mais ramollo abandonne malboro."

Pinpon 2000

Mister Molo,
Est bien trop beau,
Une agression,
Pour la tension,
Une pulsion,
Ingurgitons,
Un coup de mou,
Un rendez-vous,
Un coup de tête,
J'ai molo nez...

Save
the cheerleader

poème américain
Give me a "M"
Give me a "O"
Give me a "L"
Give me a "O"
M-I-S-T-E-R M-O-L-O

Marie

"ballonnements et flatulences à répétition
ou peut-être un problème au côlon
C'est vrai Mr Mollo ce bon à rien
gâche mon quotidien
allez je me décide, je le quitte
colipathie ou colite
bonne chance pour la suite"

Da
...

"Sur une chaise je m'assis
Mister Molo y était sis
Prout"

Vous faites partie du jury d'un fameux concours, plusieurs de vos amis y participent, certains d'entre eux tentent de vous influencer et vous vous faites un devoir d'élaborer un classement objectif. Entre le talent des participant et la peur de vexer, vous avez du mal à vous décider, vous tergiversez, vous voulez faire le meilleur choix possible.
Vous, mais pas C'est toujours un blog ! qui n'a pas hésité une seconde pour en arriver au classement suivant :

- Molo d'or : Pinpon 2000 (ton poids en Mister Molo, vive weight watcher)
- Molo d'argent : Save the cheerleader (week-end à Toulouse, hum, le 22 ?)
- Molos de bronze
ex aequo : Marie et Da... (gagnants de la coupe de champagne à deux pailles)

Des Molos spéciaux :

- Molo de la note qui proute : Rom (pas lui mais moi)
- Molo du jeu de mot : Anonyme 1
- Molo de consolation : Anonyme 2

Pour valoir ce que de droit.

Le jury




Si, pour quelque raison que ce soit, vous aviez des remarques à formuler sur le déroulement ou les résultats de ce concours, vous pouvez les adresser à qui de droit. Après avoir pris connaissance de vos doléances, il confiera l'instruction de votre réclamation à qui mieux mieux et inch'Allah.

mercredi 12 septembre 2007

Au delà de cette limite, votre poème n'est plus valable

Le jury du GRAND CONCOURS MISTER MOLO déclare que :

- le concours susmentionné prendra fin le mercredi 12 septembre 2007 à minuit (GMT+2)*

- les résultats du concours seront proclamés le Jeudi 13 septembre 2007 (aujourd'hui +1)




* Tout poème envoyé après cette date sera discrédité, méprisé, voire molesté.

samedi 1 septembre 2007

L'été meurtrier

Enfin, la rentrée. Finis les magasins fermés, les films américains au ciné, les présentateurs radio débutants, la centième diffusion du gendarme à Saint-Tropez, les garagistes sans scrupules et les gynéco qui répondent pas au téléphone.
Vivement la fin des congés payés et le retour au 49H.

Heureusement, C'est toujours un blog ! a profité de la fin du monde pour ajouter des "quand j'aime bien ce livre" à ne pas rater.
En outre, il s'est enrichi de trois internautes désœuvrés (1+3=4), lesquels ont posté des commentaires à faire rougir mon Widescreen 15.4", ainsi que des poèmes Mister Molo augmentant les espoirs de clôture du GRAND CONCOURS dont vous attendez les résultats avec une indifférence non dissimulée.

Il faudra patienter quelques jours - ces premiers jours de septembre qui exterminent les amourettes nées sur le camping du Palmier (Dunkerque plage) et restituent leur couleur d'origine à nos épidermes en lambeaux dans la baignoire - pour lire la suite de La vie compliquée du Prince Parasite.

Petit cadeau de rentrée : une vidéo des vacances dans l'hémisphère sud de C'est toujours un blog !


video

Une vidéo signée Romlevrai.

mardi 7 août 2007

Répondez-moi numéro deux !

Répondez-moi numéro 1

- Si je me déclare favorable à la franchise sur les soins de santé, au paquet fiscal, à l'abaissement de la majorité pénale et à la disparition des préretraites, ai-je une chance d'être invitée à Boston pour les vacances ?


- Aimez-vous le Texticule suivant :
"Q. - Parlez-moi des articles.
R. - Il y a les articles définis, les articles indéfinis et les articles ménagers.
Q. - Parlez-moi des articles ménagers.
R. - Les articles ménagers sont entre les mains des ménagères comme le pétrole entre les mains des petits épargnants.
Q. - Parlez-moi des petits épargnants.
R. - Les petits épargnants ne sont pas un article d'exportation.
Q. - Pourquoi n'avez-vous pas cité tout à l'heure les articles d'exportation ?
R. - Parce qu'ils font partie des articles indéfinis.
Q. - Y a-t-il d'autres articles indéfinis ?
R. - Oui. L'article de la mort.
Q. - Citez-moi quelques articles définis.
R. - Egalement l'article de la mort.
Q. - Donnez-moi votre impression générale sur les articles.
R. - Une impression assez favorable
." (Les articles) ?
Si oui, sachez qu'il s'agit d'un "Texticule" extrait de Contes et propos de Raymond Queneau.

- Si la serveuse du restaurant est complètement bourrée, qu'elle me sert une omelette alors que j'avais commandé une crêpe, que les frites ne sont pas cuites et que la bière est chaude, dois-je envisager de commencer un régime ?

- Elle est pas belle la vie quand on est de retour à Reims pour les vacances et qu'on a même pas eu son concours ? (la réponse est noui)

- Est-il autorisé d'autoriser ?

Répondez-moi n°3

dimanche 5 août 2007

La vie compliquée du Prince Parasite (chapitre II)


Si vous avez manqué le début.

II


Durant l'exposé interminable des griefs de la Reine, le Roi, qui ne pouvait en placer une, en profita pour se faire le raisonnement suivant :
"La Reine s'ennuie. Elle a envie de divertissement. J'ai quant à moi besoin de sérénité pour gouverner. Il serait judicieux d'envoyer cette hystérique en mission afin de retrouver ma royale paix.
Justement, un homme dont les enfants sont prisonniers d'une sorcière ne cesse de me harceler pour obtenir leur libération. Envoyer la Reine négocier avec la vieille folle serait extrêmement profitable tant à la réputation du royaume qu'à ma propre tranquillité. Dès qu'elle consentira à la fermer, je lui proposerai les services du chevalier le mieux membré, afin qu'elle ne puisse refuser cette mission". Et de conclure ainsi : "Hi, hi, hi, je suis vraiment le Roi le plus ingénieux de tous les contes de fées", car il avait un peu pris le melon ces derniers temps.

Séduite par la perspective d'une escapade en forêt avec ledit chevalier, la Reine accepta la mission.
En chemin, les deux émissaires apprirent à se connaître. Par la suite, leur relation s'approfondit. Ils devinrent inséparables et firent ensemble de nouvelles expériences. Et puis, avec le temps, ils se lassèrent, eurent envie de fréquenter d'autres personnes. C'est alors que leur mission leur revint à l'esprit. Ainsi, trois ans après leur départ du palais, le chevalier et la Reine prirent la direction de la Forêt des Friandises où étaient retenus Hansel et Gretel.

Pendant ce temps, au Palais, le Roi se mit en tête de faire réveiller son fils, sa bataille, afin de pouvoir établir une dictature durable. Il convoqua à cette fin la fée Chronostop. Celle-ci ne vit pas d'un bon oeil de flanquer en l'air des mois de travail et signala, à juste titre, au Roi que l'on avait jamais vu un conte de fées dans lequel on aurait purement et simplement annulé un sort. Le Roi, qui détenait un bibliothèque fournie en dossiers truculents, trouva cependant les arguments pour convaincre Chronostop de faire preuve de bonne volonté. Celle-ci concocta donc une formule magique en vertue de laquelle Parasite se réveillerait "dès qu'il recevrait un baiser d'une personne de sang royal".

Dans la Forêt des Friandises, la Reine parvint assez aisément à convaincre la sorcière bigleuse de libérer Hansel et Gretel. "Ces enfants n'engraissaient de toute façon pas", se plaignait la vieille*.
Des esprits malveillants mirent en relation le retour des enfants et la transaction " Pain d'épice contre chair fraiche "qui fut par la suite conclue entre le royaume et la sorcière pédophage. Afin de semer le trouble dans ces rumeurs, le Roi commanda à deux frères scribes le soin de romancer l'histoire des deux enfants. Cette version, selon laquelle Hansel et Gretel seraient parvenus à s'échapper grâce à leur seule ingénuosité, eut un tel succès que le peuple prit grand plaisir à se faire couillonner par notre décidément astucieux couple royal.

De retour au Palais, la Reine qui avait eu la lucidité d'y laisser trainer un oeil et une oreille, prit connaissance des manoeuvres du Roi pour réveiller leur Parasite de fils. Or non, elle ne souhaitait toujours pas avoir à s'occuper d'un prince. "Les couches, les jouets qui trainent, la crise d'adolescence et le prix des études, non merci ! " criait-elle à qui voulait l'entendre.
Chronostop fut à nouveau convoquée et rappliqua auprès de la Reine non sans renâcler. Acceptant les tonnes d'or offertes, la fée, proche de la crise de nerf, décida de frapper fort puis de s'installer fissa sur la Côte d'Azur. Pour s'assurer du sommeil éternel de Parasite, Chronostop condamna toutes les princesses nées et à venir à ne pouvoir jamais embrasser qui que ce soit.
La mesure radicale emballa totalement la Reine qui y vit une belle occasion d'handicaper ses éventuelles rivales. Car elle avait pris goût à l'amour extraconjugal.

Le Roi dut se résoudre à ne point avoir de successeur. Il trouva en revanche un excellent moyen d'utiliser sa descendance. Il fit exposer Parasite dans une salle du Palais ouverte au public moyennant un droit d'entrée exorbitant. L'attraction responsable de la paralysie de toutes les princesses passionna les souverains et les privilégiés des royaumes voisins, ainsi que l'avait imaginé le Roi.
Ce dernier profita de cette agitation pour se débarrasser discrètement des indigents et faire passer deux ou trois mesures totalement iniques de manière à attirer toujours plus les fortunes étrangères vers SON royaume.
Or, parmi ces nantis, vint un jour un prince prénommé Doubaiser, lequel pâtissait davantage encore que ses pairs du sortilège lancé par Chronopost sur toutes les princesses.
Passant devant le Palais, il décida d'aller visiter le célèbre Parasite, cause de son désoeuvrement.
A la vue de l'endormi, il fut curieusement ébranlé et comprit qu'il était en train de tomber amoureux.
Troublé par cette passion irrationnelle, il ne put s'empêcher de revenir chaque jour reluquer Parasite puis finit par acheter tous les billets d'entrée afin de ne plus être dérangé dans sa contemplation. Une fois seul avec le prince, n'y tenant plus, il l'embrassa.
Comme l'on pouvait s'y attendre, car bon sang c'est un conte, le sort lancé par Chronopost présentait une faille et Doubaiser venait de s'y engoufrer corps et âme. Parasite se réveilla donc et prononça ses premières paroles "C'est pas trop tôt! ". Il avait en effet hérité de l'impatience de sa mère et de l'agressivité de son père.
Pas mécontent du physique de Doubaiser, ce fut avec joie qu'il mit en application les douces pratiques qu'il avait vu en rêve pendant ces vingt années de sieste.

L'on aurait aimé conclure ici par la formule classique selon laquelle les deux princes se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. Malheureusement, le Roi était absolument opposé au mariage homosexuel, et a fortiori à l'adoption par de tels couples. C'est pourquoi Doubaiser et Parasite durent élaborer un plan pour se débarrasser du Roi réactionnaire et de son épouse devenue folle à lier.

LA SUITE ICI


* Voir le conte Hansel et Gretel des frères Grimm


samedi 4 août 2007

Entendu dans la Marne

Vendredi 3 août 2007. Chalons-en-Champagne. Festival des musiques d'ici et d'ailleurs.

Natalia M. King

Chanteuse afro-américaine blablabla, voir son site.
Pas facile de décrire de la musique. Je sais pas vous, mais moi faut toujours que je compare à quelqu'un de plus connu.
Ce soir là, j'ai dit "Alanis Morissette". Pour la voix.
Mais Marie-Luce n'était pas du tout d'accord parce qu'elle n'aime pas Alanis. Par contre, elle kiffe bien Nathalia M. King, qui, selon elle, a plus un goût de Tracy Chapman.
Au final, on tombe d'accord, Nathalia M. King, c'est bien.







De retour à Reims, bien plus tard dans la soirée, CD de Lisa Portelli, une rémoise qui aime bien arracher les ailes des coccinelles. Alors là, on oscille entre Olivia Ruiz, Jeanne Cherhal et Emily Loizeau.


Steph Q. : "C'est pas mal"
Moi : "un peu laissant à la longue, cette voix de petite fille"
Nous : "Ouaip"









Conclusion : critique musical, c'est un métier.

keskispasseailleurs?

Loading...